Le blog d'IronJeff

IRONMANT MONT TREMBLANT 2013 PARTIE 2/2

Première partie du récit ici.

 

T2

Avec Ironman, c'est le service 5 étoiles. Même pas besoin d'aller porter le vélo à son emplacement. On remet notre vélo tout gluant de Perform et de gel à un bénévole qui va s'empresser d'aller le porter à sa place, pendant qu'on se dirige vers la tente de transition. Je ramasse mon sac Run Gear et je vais m'asseoir pour me changer rapidement. J'ai à peine le temps de me changer que Martin vient me rejoindre. C'est qu'il me suivait de près!

Dans mon sac, j'avais placé une paire de cornes rouges, que j'avais achetée l'automne précédent pendant les ventes de l'Halloween en prévision de cette journée. Je mets les cornes sur ma tête et je me dirige vers la sortie, non sans m'être fait copieusement badigeonner de crème solaire par un bénévole.

 

RUN

Me voilà hors de la tente, courant sur le tapis rouge avec une paire de cornes rouges sur la tête. L'effet sur les spectateurs a été instantané: j'ai eu droit à un accueil fort enthousiaste. C'était l'effet escompté. à la sortie de la tente j'aperçois Caro qui est là pour m'encourager. Je prends bien sûr le temps de l'embrasser avant de poursuivre mon chemin.

0441_57195.jpg

Je sais qu'après le vélo mon temps est bon car j'avais l'heure sur mon compteur. Cependant je cours sans montre donc ça va être 100% au feeling et j'aurai la surprise à la ligne d'arrivée.

Pendant quelques kilomètres, le bord des rues était bondé de spectateurs. J'ai eu droit à une ovation tout le long. Les bénévoles des points de ravitaillement m'ont aussi trouvé bien drôle avec ce couvre-chef. Un peu plus loin c'est le père d'Anne-Marie qui est sur le bord pour m'encourager.

C'était ce qu'il me fallait pour assurer un bon temps sur le marathon. Peu après la sortie du village, près de la zone de départ de la nage il y avait un animateur qui encourageait les athlètes et animait la foule. Je suis rapidement devenu The Competitor Number Six Six Six.

Ça n'a pas pris trop de temps que j'ai attrapé un mal de gorge à force d'encourager la foule à crier.

Un peu plus loin dans le village, ça s'est calmé un peu.

Une paire de dames étaient sur le bord du chemin avec un ordinateur portable. Quand elles voyaient notre numéro, elles nous donnaient des encouragements personnalisés: Numéro 1411, Jean-François Desmeules de Jonquière! Avec une paire de cornes!

Peu après le village, le parcours emprunte une piste de gravier assez étroite, de sorte que l'on croise assez près les autres athlètes et on peut se faire une idée de l'avance ou du retard qu'on a sur les autres concurrents. Je croise bien sûr tous mes amis, de même que Didier qui me reconnaît et me fait des high-fives.

Je dépasse un gars qui reconnaît mon kit Jakours et me dit qu'il vient de La Baie. Il se présente comme étant Jimmy Sévigny. Je le connais, c'est un conférencier qui a un parcours bien particulier que je vous invite à découvrir ici. Très sympathique, on discute quelques minutes puis je poursuis mon chemin.

Sur le retour, il y a une dame sur le bord avec sa petite fille qui me trouve bien drôle avec mes cornes et je la salue chaque fois que je passe. Au quatrième et dernier passage, elle me salue et me dit qu'elles ont attendu que je passe avant de partir car sa fille me trouvait bien drôle. Super!

À l'une des stations, il y avait de la musique très forte et un animateur costumé. Inutile de préciser qu'on s'est serré la main chaque fois qu'on s'est croisés.

Le parcours dans le village est vraiment super car le tracé est assez étroit et c'est bondé de monde.

0441_60537.jpg

De drôles de gens

On croise toutes sortes de personnes sur un Ironman. Des athlétiques, des gros, des grands, des petits, des jeunes et des vieux. Pas de problème avec ça. Mais ça m'épate toujours de voir le matériel que certaines personnes utilisent.

Comme ce type avec un kit long (jambes et bras) de couleur noire. Ça doit être vraiment chaud et inconfortable.

Comme ce type qui transporte 2 grosses gourdes d'eau et un camelback, sans oublier un lunch complet. Ça semble pesant et bouge de tous bords tous côtés en courant. Ça doit être vraiment très inconfortable. Surtout qu'il y a des points de ravitaillement aux 2 km.

Comme ces gens qui courent avec des vêtements identifiés à d'autres courses, genre chandail de finisher de marathon. 1. Ça n'impressionne personne ici. 2. Me semble que ça doit faire bizarre sur les photos. Personnellement, je ne porte jamais de chandail d'une autre compétition pendant une compétition.

 

FIN DE LA COURSE

La course achève. Après la dernière montée, j'aperçois Caro et les enfants, je suis super content de les voir. Ma course a bien été. J'ai le feeling que je vais faire un bon temps

Je suis très satisfait de mon marathon, j'ai couru tout le long, à un assez bon pace. Voilà donc la fin de cette course. Il me semble que le temps a passé vite. J'ai eu du plaisir tout le long, j'ai donné mon maximum et j'ai fait de mon mieux pour amuser les spectateurs. Le dernier kilomètre se fait entre deux murs de spectateurs hurlants. Personne devant, personne derrière, la situation idéale pour faire une belle arrivée et un finish en solitaire.

Je franchis la ligne d'arrivée avec un temps de 11h30'16 (Le chrono indique 11h40 mais il a débuté avec les premières vagues, mon temps officiel est le "chip time").

0441_59498.jpg

Les "catchers" m'accueillent, on m'enlève ma puce, on me remet ma médaille puis je progresse vers le fond où des tables sont dressées et un gigantesque buffet à volonté est à la disposition des athlètes. Gilles m'intercepte, il a fini avant moi et il a terminé sa récupération. Je passe prendre ma casquette et mon t-shirt de finisher puis on va s'installer à une table. Une fois assis, je commence à relaxer. Gilles m'apporte une bière (bière à volonté dans le buffet...) et je me prends une délicieuse poutine (Smoke's Poutinerie ont un camion et ils servent de la poutine à volonté aux finishers). La vie est belle.

Je relaxe quelque temps, puis on sort de la zone d'arrivée pour aller retrouver la famille. Ensuite les filles vont aux commissions puis on va chercher nos vélos et notre matériel pour retourner au condo.

Petite photo avec Gilles et les enfants:

JFD_GILLES.jpg

En chemin, une dame vient me voir pour me dire qu'elle m'a trouvé bien amusant avec mes cornes et que j'avais l'air d'avoir tellement de plaisir durant la course que j'ai fait sa journée. Ce genre de commentaire est extrêmement gratifiant.

La soirée s'est terminée avec bière, champagne et poutine en regardant la ligne d'arrivée live sur l'ordinateur.

Le feu d'artifice de minuit a conclu cette magnifique journée.



14/09/2013
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres